MSISE

FORUM : Etudes - Discussion - Humour - Actualités
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LE MONDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sweetlove

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: LE MONDE   Mer 30 Jan - 11:07

Philosophie du monde.........!
« Philosophie » vient du grec philo-sophia que
l'on traduit généralement par « amour de la sagesse ». La sophia est en
effet associée à la notion de sagesse. Dans l'Apologie de Socrate par
exemple, Socrate affirme tendre vers la sophia sans la posséder[1]. Il
est là question de savoir, mais ce savoir désigne la conscience qu'a
Socrate de sa propre ignorance et son désir d'atteindre la sagesse.
Socrate est doué de sophia dans la mesure où il sait qu'il ne sait
rien, ce qui constitue donc une forme de sagesse. Le philosophe
apparaît ainsi dans une posture de recherche de sagesse sans prétendre
nécessairement pouvoir effectivement l'atteindre.



L'intuition est une
connaissance immédiate, une vision, on entend par intuition sensible,
la connaissance immediate que donnent les organes de sens.


on parle de l'intuition mystique, du tact de l'homme du monde ou de l'intuition divinatrice.
Le raisonnent se distingue de l'intuition
parceque le raisonnement exige ses démarches. ces détours, ces
médiations que précisément l'intuition exclut. tandis que l'intuition
nous revele des realités
singulires, des étres concrets, le raisonnement circule à travers des concepts.
Un concept se caractérise à la fois par sa comprehension et par son extension.

Le raisonnement
portant sur des concepts exige le language, il est appelé connaissance
discursive, le raisonnement est formel tandis que l'intuition porte sur
un contenu.Dans les sciences de la nature .

l'intuition apporte à la connaissance une
matiere et le raisonnement s'exerce à partir de données fournies par
l'intuition, la deduction est une operation par laquelle on conclut
rigoureusement d'une ou plusieurs propositions prises pour prémisses à
une proposition qui en est la conséquence necessaire, en vertu des
regles logiques.

Le raisonnement par analogie n'est pas un raisonnement, il s'agit d'une simple association mentale.
L'induction ressemble au raisonnement
analogique, mais elle parait plus valable car au lieu d'extrapoler une
observation unique, c'est à partir de l'observation d'un grand nombre
de faits quelle affirme une loi generale.


l'induction releverait beaucoup plus d'une illusion phsycologique que d'un raisonnement logique.
L'experience de la figure déssinée en tant
qu'experience ,ne fonde aucunement l'intuition et la pensée qui portent
sur l'essence geométrique, l'intuition des essences fournit les ultimes
fondements.


L'activité du
mathematicien est décrite comme une vision empirique ou intellectuelle,
comme une comptemplation passive, l'opposition de l'empirisme et de
l'idealisme doit etre aujourd'hui dépassé dans le cadre de la theorie
operatoire des mathematiques, les mathematiques remplacent les
manipulations materielles par des manipulations symboliques de plus en
plus abstraites.

e raisonnement mathématiques repose sur la
déduction et la tautologie et la fécondité du raisonnement mathématique
s'explique par son caractere operatoire ceci vient du fait que les
principes des mathematiques sont les definitions, les axiomes, les
postulats l'axiomatique.

Les postulats sont des propositions indémontrables, que le mathématicien demande à son auditeur d'accorder.

Les axiomes sont
exigences purement logiques s'imposant dans tous les domaines de la
mathématique, s'imposant meme à tout esprit en 'importe qu'elle
operation mentale et seraient absolument evidents.


L'axiome revet une
signification fondamentale, il est considéré omme une regle operatoire,
on ne se preoccupe plus guére de son essence, de sa nature, c'est
parcequ'ils ont la meme fonction
opératoire que les axiomes et les postulats ne sont plus distingués.
un systéme d'axiome constitue une axiomatique,
c'est l'ensemble des principes posés au début d'une science déductive
quelconque, les >axiomes doivent etre compatibles, independants et
suffisants, c'est ainsi qu'on enonce cinq groupes d'axiomes,
l'appartenance, l'ordre, la congruence, le parallelisme et la
continuité.


On doit considerer le
role des mathematiques dans la connaissance de 'univers, on parle des
principes mathématiques de la philosophie naturelle, ce qu'il ya
d'incompréhensible, c'est qu'on parle de l'harmonie du monde.


thymologiquement le mot psychologie signifie science de l'ame, la science des phenomenes interieurs.
Pour la psychologie il faut un objet observable
analysable, si possible mesurable, c'est le comportement des individus
aux prises vec les situations où ils se trouvent, la psychologie
scientifique moderne se presente volontier comme l'etude des rapports
entre situations et comportements.


Une situation
psychologique peut s'analyser comme une somme de "stimulus" bien
definissable, la reaction de l'individu vivant à ces timulis n'etant
elle meme qu'une somme de reflexes simples.

La psychologie est l'etude des reactions
objectivement observables du'un organisme execute en riposte aux
stimulis eux aussi objectivement venant du milieu.

La rationalisme, est une doctrine d'apres
laquelle la raison formerait un systéme rigide de principes et de
categories inherents à la structure de l'esprit humain et aurait donc
pour l'homme une
valeur absolue.

Le réalisme est une
doctrine d'apres laquelle les concepts de la science ne seraient pas de
pures formes de l'esprit mais des proprietés physiques de l'univers
dont l'esprit rend compte à sa
maniere.
La phenoménologie d'apres laquelle nous pouvons
avoir l'experience immediate, est l'intuition de certaines essences
ideales, le sacre, le divin.


L'arithémitica
universalis est une méthode plus qu'une theorie qui s'efforce de
ramener les phenoménes quantitatifs, reduire toute chose, fait
physique, physiologique ou psychologique à des
variations mathématiques, le point d'application sont la vie mentale et le language.
on utilise les analyses mathématiques, de l'algebre et de la geométrie afin de les appliquér sur les recheches sur l'intellect.

Parceque les savants
sont des intellectuels épris avant tout de erité, qu'il ya le desir de
la curiosité inquiete. l'esprit geométrique, nous prouve que la
geométrie est incapable de definir les mots primitifs, c'est à dire "
espace, temps, mouvement, égalité, majorité, diminution, tout et le
nombre, le coeur sent qu'il ya trois dimensions dans l'espace, meme les
propositions eométriques deviennent sentiments.


Les méthodes
statistiques dont il a été question jusqu'ici se proposaient les
sentiments en principes et de resumer une serie détérminée et limitées
d'observations effectivement realisées,

diffrents aspects de l'information contenue dans
cette observation etaient ainsi mis en evidence par un mode, une
entropie, une moyenne, une droite ou au plan de regression, un facteur,
qui etait

entierement détérminé par la serie limitée des observations effectives dont le psychologue disposait.
l faut remarquer le caractére variable des conduites, les variations fortuites et les variations systématiques.

Les sources de
variations et l'analyse statistique et le poids des sources de
variation à effets fortuits, laisse parler de resumés tatistiques au
niveau des echelles ordinales et au niveau des echelles cardinales, on
calcule l'ordination des sensations, l'ordination des images mentales,
l'ordination des performances et des sujets dans les tests, la
psychologie differentielle et theorie operatoire de l'intelligence.


Les sciences
mathematiques sont hypothetico- déductives, le mathematicien se donne
un systéme de definitions et d'axiomes et de ces hypothéses, il deduit
toute une serie de consequences, il lui
suffit
que les axiomes de départ soient independants et compatibles et que les
theorémes qu'il en deduit soient correctement déduits.


Le mathématicien n'a affaire qu'a des conventions qu'il a lui meme posées et qu'aux enchainements logiques de sa propre pensée.
Les axiomes mathematiques sont des schemas
opératoires issus en leurs origines lointaines d'opération couvertes
effectuées dans l'espace.

Le mathématicien qu'il suive l'ascension degré
par degré, des verités du discontinu ou qu'il démele l'enchevetrement
des formes geométriques où qu'il poursuive dans leurs meandres les plus
subtils, les caprices des lois continues qui relient une quantité à une autre, exerce. une activité mentale superieure.

On a montré que si les
concepts d'un même systéme, c'est à dire de choses limitées, ne
s'adaptent pas à la realité, ils sont pourtant indispensable pour la
decrire, c'est à dire pour faire oeuvre de
science.


Pour le rationalisme doctrine d'aprés laquelle, la raison
formerait un systéme rigide de principes et de catégories inherents à
la structure de l'esprit humain et aurait donc pour l'homme une valeur
absolue.pour
le realisme, doctrine d'apres laquelle les concepts de la science ne
seraient pas de pures formes de l'esprit, mais des proprietes physiques
de l'univers, dont l'esprit rend compte à sa maniére.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LE MONDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» agoraphobie et peur d'affronter seul le monde?
» Saint Marc et commentaire du jour "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création"
» Tu as rejeté loin de toi toutes les vanités du monde
» caricature obscène de Plantu sur le Pape dans "le MONDE"
» Pourquoi le monde est-il si imparfait ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MSISE :: catégorie générale :: Discussion - News - Actualités-
Sauter vers: